blog.abcreation.org

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 14 mars 2013

À propos de Comeback - update

Entendre son nom sur France Inter à 6h50 le matin et manquer de s'étouffer au petit-déjeuner.
À lire et écouter la rubrique culturelle Sans Déconnecter de Christine Simeone.
http://www.franceinter.fr/emission-sans-deconnecter-la-spamm-tv-tord-le-cou-a-internet

Article de Chen Zou dans Art world revue chinoise d'art contemporain, numéro de mars 2013.
http://yishushijie.com/magazines/detail-97.aspx
comeback-chen.jpeg
Très joli papier de Dominique Moulon sur Comeback sur Media Art Design Blog
http://www.mediaartdesign.net/blog/?p=173

Texte sur Comeback pour La Vanité du monde
http://spamm.arte.tv/?portfolioentry=o12r

jeudi 12 novembre 2009

Jeu vidéo et art contemporain, un constat personnel

Voici mon texte sur les jeux vidéo et l'art contemporain, paru en mai dernier dans le AMUSEMENT#4.

Jeu vidéo et art contemporain, un constat personnel

jeuartamusmtblog.jpg

mercredi 25 mars 2009

Amusement #4

Le nouvel Amusement vient de sortir, dédié à l'internet-objet et aux arts numériques. C'est le premier magazine au monde qui propose une puce RFID pour permettre d'avoir des compléments d'informations via Internet.
J'y propose un constat personnel sur les jeux vidéos et l'art contemporain.
Jean-Noël Lafargue en parle sur son blog mieux que moi.


AMU004-COUV.jpg

samedi 8 novembre 2008

En ligne et contre tous

Je suis en train de faire un nouvel article pour le prochain Amusement.

Je me permets de poster mon texte (en version complète non corrigée) sur Gran Turismo 5 Prologue sorti en mai dernier car le #1 est maintenant épuisé et désormais collector !

GT5P-blog.jpg

mercredi 21 mai 2008

Amusement

Amusement #1 vient de sortir en kiosque.
''Amusement, premier magazine lifestyle sur les jeux vidéo et la culture interactive. Amusement bouleverse les codes de la presse technologique classique en liant les loisirs numériques à la mode, le cinéma, le design, la musique ou l’architecture. 70 collaborateurs produisent le seul magazine haut-de-gamme au monde dédié aux loisirs numériques.''

Parmi les collaborateurs du magazine lancé par Abdel Bounane, citons Hans Ulrich Obrist, Margherita Balzerani, Étienne Mineur, Eric Simonovici et François Bliss de la Boissière, Pierrick Thebault ou encore moi !


amusement.jpg

vendredi 18 janvier 2002

[plastik]

Mail de Patrice Loubier, utilisé pour la revue [plastik] sur le collège invisible.

Bonjour Aurélien,

Comme le temps presse déjà pour notre projet de publication et que je n'ai pu encore accédé à l'ensemble de tes travaux via tes sites (les icônes de ton projet « Ninja's Gate » notamment débouchant sur un « empty référence »), je t'envoie ce soir quelques observations sur ce que j'ai pu voir et me représenter de ta démarche, aussi générales ou hypothétiques soient-elles à ce stade.

Lire la suite...

mercredi 11 avril 2001

L'ABC de la production

Aurélien Bambagioni ou l'ABC de la production

Avec ABCréation, on imagine retourner à la case départ, au temps de l'adolescence et de quelques sit-com insipides servies à l'heure du goûter. Mais aujourd'hui, Dorothée ne mène plus le bal et AB Création n'a aucun lien de parenté avec AB Productions, l'agence de production de sit-com qui eut son heure de gloire jusqu'à la fin des années 90. A ceci près que ce site d'artiste est né en 1996, au moment où les sit-com rasoir foisonnaient tout en approchant lentement de leur déclin.

Est-ce que le créateur d'AB Création, Aurélien Bambagioni, a mis une touche d'ironie en créant son site. Est-ce que les "SITuations COMiques" mais ennuyeuses font partie de son projet. Loin de là sans pour autant se prendre trop au sérieux non plus! L'artiste a surtout mis en valeur les initiales de son nom: A pour Aurélien, B pour Bambagioni et C pour Création. Et de tout cela résulte le b.a.ba d'une agence de production fictive qui propose à l'internaute différents services. A l'image d'une télé sur le Web, ou plutôt d'une "autre" télé qui requiererait un autre regard, Aurélien Bambagioni propose différentes séquences dans lequelles il peut être acteur, silhouette, DJ ou figurant, mais toujours créateur et surtout producteur. AB Création ouvre l'éventail des possibles. La distribution des rôles est vaste et la schyzophrénie n'est pas vécue sur un mode malsain. Des séries incarnées par des héros, de fausses publicités, des bandes-annonces, des séquences sonores, des possibilités de DJing en ligne, des clips… tout y est jusqu'au fan-club où l'on peut s'offrir des T.shirts et autres objets dérivés. Bref, des créations à la fois pop et ludiques signées Bambagioni.

Les toutes dernières séquences vidéos du site sont d'ailleurs liées à un environnement tout en couleurs puisqu'ils nous viennent du pays des gadgets et du manga: le Japon où l'artiste s'est récemment rendu. Aucun risque donc de croiser par le biais d'AB Création, Hélène et ses potes soporifiques. Ni de savoir si oui ou non Hélène doit porter son pull rouge ou plutôt sa jupe verte pour aller la cafète du lycée. Au contraire, la petite lucarne informatique joue des sens de l'internaute et l'invite même à la réflexion. L'artiste ouvre d'ailleurs son site sur une citation de Marx réadaptée aux conditions actuelles, celles des années 00, et notamment au sampling: "Dans la société abcréation, je ne suis pas enfermé dans un cercle exclusif d'activité, et je peux me former dans n'importe quelle branche de mon choix… C'est la société qui règle la production générale, et qui me permet ainsi de faire aujourd'hui telle chose, demain telle autre chose, d'être acteur le matin, producteur l'après-midi, DJ le soir et de m'adonner au Webmastering après le repas, selon que j'ai envie, sans jamais devenir acteur, producteur, DJ ou Webmaster."

Un abc de la liberté livré en kit ou une nouvelle définition de l'individu à l'heure du sampling et de la Globalisation? Le profil surtout aiguisé d'un héros de notre temps soit l'"opérateur", cet être multi-fonctions qui mixe les rôles sans jamais s'échapper de ses objectifs ni de la réalité. Bref, tout un programme !

Anaïd Demir, 2001

vendredi 19 mars 1999

Surfer D'argent

Aurélien Bambagioni, surfer d'argent.

Aurélien Bambagioni fait partie de cette jeune génération d'artistes qui applique sans complexes le programme défini par le critique Nicolas Bourriaud lorsqu'il écrivait : " L'artiste n'a plus pour but de produire des objets, mais des rapports au monde, des modèles de fonctionnement, mis en mouvement dans des entreprises ". Evidemment, ces modèles ont encore besoin de vecteurs matériels sous forme d'objets ou d'images, mais la part la plus importante de leur réalisation passe par le création d'évènements et le détournement des réseaux de communication.
En endossant résolument les attributs du chef d'entreprise, Aurélien Bambagioni devient acteur de sa propre production, et il donne à sa société AB Création la dimension d'une véritable entreprise médiatique en explorant tous les supports à sa disposition, Internet, cinéma, merchandising...
En contractant le monde des signes comme territoire de sa production, il devient sémiote, sa trajectoire est celle du surfer lorsqu'il déchire l'enroulement de la vague. Mais dans le territoire des signes rien n'est univoque, et cette figure du chef d'entreprise, équivalent moderne du prince charmant, Aurélien Bambagioni la double du négatif Warholien de la star, Pop-star ou vedette médiatique, héros éphémère, marionnette et déchet de la Société du Spectacle. Cette Société du Spectacle, il en saisit les rênes délirantes comme un guerrier sur le dos du dragon, et il en pervertit les codes comme un hacker pirate des données informatiques. Avec lui, il y a toujours duplicité de la figure, dédoublement des signes, pour mobiliser la puissance du spectacle au profit de sa propre entreprise, revisitant, remixant cette sentence de Guy Debord : " Le spectacle édifie son unité sur le déchirement, de sorte que la division montrée est unitaire, alors que l'unité montrée est divisée ".
AB Création nous invite à contempler une extension du réel édifié dans le miroir de la société contemporaine et de ses mythes, et ce reflet nous éblouit comme les éclairs de ce super-héros de la Bande Dessinée américaine, le Surfer d'Argent.

Jean-Luc André, 1999